À propos de l’auteur


Thierry Delperdange est diplômé en communication (Louvain) et coach professionnel (coaching de gestion – Québec). Il pratique le coaching en communication et de valeurs, individuel ou en équipe. Il intervient en Europe et en Afrique, notamment au titre d’expert pour la Commission européenne (Programme MEDA) et pour l’Organisation des Nations-Unies pour le développement industriel (ONUDI).

Plus d’infos sur www.delperdange-coaching.com




Un ouvrage, un public, un auteur
— Pourquoi ce titre : Le bonheur des uns fait le bonheur des autres ?
— Parce que l’adage existe selon lequel le malheur des uns fait le bonheur des autres… et que, j’en suis persuadé, c’est mon jeu de mots ou mon détournement de sens qui est dans le vrai ! La logique de coopération est rentable.
— C’est un peu angélique, non, de la part de quelqu’un qui connaît pourtant bien le monde de l’entreprise, sa concurrence acharnée, sa “loi de la jungle” ?
— Justement : je suis frappé par l’humanité des femmes et des hommes que j’y vois  chercher la bonne solution, le juste profit, le processus industriel efficace, la meilleure  démarche de communication, la plus savoureuse recette artisanale… dans l’intérêt  commun, pour le progrès de tous… l’entreprise est un monde très attachant. Il ne faut jamais oublier qu’elle émane d’êtres humains qui, la plupart du temps, ont avant tout le désir de bien faire ce qu’ils font.
— Vous citez Rousseau, son “homme naturellement bon”. La bienveillance contre la performance, n’est-ce pas utopique ?
— Pas “contre” : en même temps que ! Avec cette règle d’or qui pourrait utilement inspirer chacun de nous : on n’est vraiment bon que quand on est bien. Dans l’entreprise, oui, mais aussi tout simplement dans la vie.
— Qu’apporte votre livre dans l’abondance de la production concernant le coaching ? Vous avez voulu écrire un livre de recettes ou un livre de sagesse ?
— Ni l’un ni l’autre ! Plutôt une invitation au partage. Pas du prêt-à-penser mais une boîte à outils pour penser… pas un voyage tout fait mais une valise… pas du sur mesure, pas du clef sur porte mais des briques, des planches, un mètre, un niveau, un compas… Je crois que son originalité tient profondément à cette approche constructive, non directive… et aussi au fait qu’il prend les êtres là où il sont : dans leur travail, dans leur famille, dans leur évolution personnelle…
— En parcourant le livre on est frappé par la présence de bouts de phrase en gros caractères, des espèces de petites enluminures qui sont des reprises du texte lui-même, ou encore des citations littéraires. Pourquoi ces deux niveaux de lecture ?
— Ce livre, je l’ai voulu un peu comme une carte de restaurant : si vous ne lisez que les enluminures, comme vous dites, c’est un peu le menu express, vous parcourez le livre en quelques minutes. Si vous êtes moins pressé, prenez le menu gastronomique et le temps de découvrir, d’approfondir… il arrive d’ailleurs que ce soit précisément l’accroche d’une de ces phrases qui fasse descendre le lecteur au cœur du livre.
— Justement, la littérature est omniprésente : citations, petites fictions, et même un chapitre d’analyse littéraire… sur le Petit Prince de Saint-Exupéry !
— D’abord un mot des fictions : situations toutes réelles, vécues, qui doivent à mon amie Bérengère Deprez, romancière et nouvelliste, leur mise en histoire… fictions réalistes donc.
— Ce n’est pas le cas du Petit Prince qui est bien davantage un récit fantastique, poétique…
— Reprenons la métaphore du menu : c’est un peu le dessert de mon ouvrage… plus sérieusement : je suis frappé par le nombre de participants à mes formations qui citent ce beau petit livre : “L’essentiel est invisible pour les yeux”, “Que signifie apprivoiser”, etc.
Le petit prince est une espèce de coach avant la lettre : il pose des questions, il fait advenir les personnages qu’il rencontre à leur réalité, il entre en résonance avec eux, les amène à mettre des mots justes sur leur vécu, leur ressenti…
— Au fond, pourquoi avoir écrit ce livre ?
— Pour deux raisons principales. Parce qu’on m’en parlait tellement que j’ai fini par envisager très sérieusement de l’entreprendre : à force de s’entendre dire qu’on devrait écrire un bouquin, on se demande si ce n’est pas une bonne manière d’inviter un plus large public encore à partager, à réfléchir, à grandir ensemble. Et puis aussi, et surtout, parce que j’ai pris un immense plaisir à l’écrire, grâce à toutes ces personnes que j’ai rencontrées et qui m’y ont poussé, qui, de près ou de loin, ont ainsi participé à l’aventure…

Une réponse à À propos de l’auteur

  1. AKRED DJOMAN GENEVIEVE dit :

    Mes encouragements que ce ne soit pas le seul livre
    surtout merci de partager ton savoir faire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>